Lettre-autographe-adressee-soeur-pauline-solitaire-d4a61520-5706-4d50-86dd-535498cc203f
  • Librairie: Librairie Feu Follet (Francia)
  • ILAB-LILA Member
  • Année de parution: 1805
  • Thèmes: Lettres autographes & Manuscrits|Manuscrits littéraires|
  • Format: 18,5x23,1cm
  • Reliure: une feuille

Description

- 10 Floréal 13 [30 avril 1805], 18,5x23,1cm, une feuille. - La lettera autografa di Stendhal indirizzata a sua sorella Pauline. 28 righe scritte con una scrittura fine in inchiostro nero. Nome "Pauline" dalla mano del mittente nella parte inferiore della lettera. Numero di inventario "36" in inchiostro da un'altra mano. Due piccole tracce di francobollo e timbro, una piccola lacrima restaurata nel margine inferiore della pagina. Alcune piccole pieghe insite nell'involucro della lettera. Rara e bella lettera di Stendhal indirizzata a sua sorella Pauline, in cui tutta la sensibilità del giovane e il suo amore per l'arte drammatica mostrano più di vent'anni prima dei suoi grandi successi romantici. Questa lettera proviene dalla corrispondenza tra Henri Bayle, qui ventidue anni, con sua sorella Pauline di tre anni più giovane. Questa vera relazione epistolare, che rapidamente prese la forma di un "diario" - le risposte di Pauline erano rare - è una pietra miliare essenziale nella costituzione del viaggio intellettuale del futuro Stendhal. La nostra lettera, di grande lirismo, testimonia la forza del legame che unisce il giovane scrittore e sua sorella: "Scuotiamoci l'un l'altro, mio buon amico. Non troveremo mai nessuno che ami Pauline come Henry, né Henry troverà mai un'anima più bella di Pauline. "L'uso della terza persona e un vocabolario amante erige la giovane donna al rango di alter ego, una sorella anima e anche amante perfetto. Il giovane Henri è quindi proprio sotto il giogo di una divorante passione per l'attrice Melanie Guilbert che ha incontrato durante i suoi corsi di declamazione a Dugazon: " Mi annoierò forse dal mio buio tristezza. So molto bene che la serietà delle passioni ardenti non è piacevole. " In contrasto con questa relazione appassionata, Pauline simboleggia la ragione e l'equilibrio, una figura che Henri, come un pigmalione, può modellare a suo piacimento. In un buon tutor egli consiglia: "Impara dai ruoli del cuore. Riguardo alla declamazione, ti insegnerò mille cose. Ti sto portando un Gil Blas e un Tracy. "Comprendiamo qui adoriamo Stendhal è dedicato al teatro fin dai primi anni, sia come giocatore come drammaturgo (il fondo dei suoi archivi alla Biblioteca Grenoble contiene circa 700 fogli di spazi):" Sono nella disperazione di non poterti indossare berretti. Ma aspetta, forse un giorno arriverà ... come dice Ulino. "Questa passione per il teatro, Henry intende passare alla sorella:" Lavoreremo come l'inferno durante il tempo che rimango a Grenoble. "In totale tesi opposta con l'istruzione delle donne nel suo tempo, ha messo un punto d'onore che Pauline è una persona istruita; In diverse lettere, inoltre, troviamo le ingiunzioni del fratello che ordinano alla sorella di rinunciare al ricamo a favore della lettura che raccomanda. Davvero ossessionato dal teatro e convinto che diventerà un autore di commedie di successo, lavora instancabilmente: "Mi è stato detto in una stanza dove non sarò libero, e dove non posso solo declamare. Cerca di disturbare questa sistemazione. "Anni prima di scrivere grandi romanzi che la rendono famosa, Stendhal capisce già che la solitudine è per lui una fonte di creazione e dice:" Una sola è geloso della sua libertà. È il suo più grande bene come quello di tutti gli uomini. " - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Lettre autographe de Stendhal adressée à sa sœur Pauline. 28 lignes rédigées d'une fine écriture à l'encre noire. Prénom « Pauline » de la main de l'expéditeur au bas de la lettre. Numéro d'inventaire « 36 » à l'encre d'une autre main. Deux petites traces de timbre et cachet, une petite déchirure restaurée en marge basse de la page. Quelques infimes pliures inhérentes à la mise sous pli de la lettre. Rare et belle lettre de Stendhal adressée à sa sœur Pauline, dans laquelle transparaît toute la sensibilité du jeune homme et son amour pour l'art dramatique plus d'une vingtaine d'année avant ses grands succès romanesques. Cette lettre provient de la correspondance qu'entretint Henri Bayle, ici âgé de vingt-deux ans, avec sa sœur Pauline de trois ans sa cadette. Cette véritable liaison épistolaire, qui prit bien vite la forme d'un « journal » - les réponses de Pauline étaient rares - est un jalon essentiel dans la constitution du parcours intellectuel du futur Stendhal. Notre lettre, d'un grand lyrisme, témoigne de la force du lien unissant le jeune écrivain et sa sœur : « Serrons-nous l'un contre l'autre ma bonne amie. Nous ne trouverons jamais personne qui aime Pauline comme Henri, ni Henri ne trouvera jamais une plus belle âme que Pauline. » L'emploi de la troisième personne et d'un vocabulaire amoureux érige la jeune femme au rang d'alter ego, d'âme-sœur et même de maîtresse idéale. Le jeune Henri est alors justement sous le joug d'une dévorante passion pour la comédienne Mélanie Guilbert qu'il a rencontrée à l'occasion de ses cours de déclamation chez Dugazon : « Je m'en vais peut-être vous ennuyer par ma sombre tristesse. Je sais bien que le sérieux des passions ardentes, n'est pas aimable. » Contrastant avec cette relation passionnée, Pauline symbolise la raison et l'équilibre, une figure qu'Henri, tel un pygmalion peut façonner à loisir. En bon précepteur il conseille : « Apprends par cœur des rôles. À propos de déclamation, je t'apprendrai mille choses. Je te porte un Gil Blas, et un Tracy. » On comprend ici l'adoration que Stendhal voua au théâtre dès ses plus jeunes années, tant en qualité de lecteur que de dramaturge (le fonds de ses archives à la Bibliothèque de Grenoble contient près de 700 feuillets d'ébauches) : « Je suis au désespoir de ne pas pouvoir vous porter des Bonnets. Mais attendez, peut-être un jour viendra que...comme dit Ulino. » Cette passion du théâtre, Henri compte bien la transmettre à sa sœur : « Nous travaillerons comme des diables, pendant le temps que je resterai à Grenoble. » En contrepied total avec l'éducation des femmes à son époque, il mit un point d'honneur à ce que Pauline soit une personne instruite ; on retrouve d'ailleurs dans plusieurs lettres des injonctions du frère ordonnant à sa sœur d'abandonner les travaux d'aiguille au profit des lectures qu'il lui recommande. Véritablement obsédé par le théâtre et persuadé qu'il deviendra un auteur de comédies à succès, il travaille sans relâche : « On m'annonce une chambre où je ne serai pas libre, et où je ne pourrai pas seulement déclamer. Tâche de déranger cet arrangement. » Bien des années avant la rédaction des grands romans qui feront sa renommée, Stendhal comprend déjà que la solitude - thème cher aux écrivains romantiques - est pour lui source de création et affirme : « Un solitaire est jaloux de sa liberté. C'est son plus grand bien comme c'est celui de tous les hommes. »  

Frais de port

Frais de port pour livraisons en Italia

  • Poste 16
  • Courrier 25
  • Si cet article est lourd ou hors format, le libraire vous informera des frais supplémentaires.
    Droits de douane: Si votre commande est contrôlée à la douane, la livraison peut être retardée. Vous dédouanerez votre commande sous réserve du paiement des droits de douane, si nécessaire.