Suave-poeme-autographe-jeunesse-dedie-marie-7ffe3056-6230-48c2-9244-756a1fe7b2de

Description

- circa 1917-1918, 22,3x27,6, une feuille sous chemise et étui. - Bemerkenswertes autobiographisches Gedicht von André Breton gewidmet Marie Laurencin, betitelt "L'an Suave", [zu schwarzer Tinte auf Büttenpapier, das im April 1914 komponiert wurde. Unsere Handschrift wurde zwischen März 1917 und dem Anfang von geschrieben das Jahr 1918. Ein essentielles Gedicht aus der vordadaistischen Zeit des Autors, es ist Teil eines zusammenhängenden Satzes von sieben Manuskripten von Breton (in Coll. X. in André Bretons Gesamtwerk , Band I von La Bibliothek der Plejaden, Gallimard, 1988, 1071). Diese Gedichte, von seinen jugendlichen Schriften, sind sorgfältig in schwarzer Tinte auf mit Wasserzeichen versehenem Büttenpapier kalligrafiert. Dieses Set wurde an seinen Freundes- und Schriftstellerkreis geschickt, darunter Valery, Apollinaire, Theodore Fraenkel und sein Bruder André Paris. Es wurde später in seiner ersten Sammlung veröffentlicht, Mont de Piété , die im Juni 1919 im Verlag Au sans Pareil erschien, der von seinem Freund Rene Hilsum neu gegründet wurde. Die genaue Datierung dieser Autograph-Gedichte wird durch die Abfassung des letzten Gedichts der Sammlung ("André Derain") bestimmt, das am 24. März 1917 entstand und einen terminus post quem absolute bietet. Eine ältere Version des Gedichtes "Age", das Leon-Paul Fargue gewidmet ist, erscheint in unserer Sammlung unter dem Originalausgabeen Namen "Poème". Vom Autor vom 19. Februar 1916 - dem Tag seiner zwanzig Jahre - geschrieben und 10 Tage früher nach seiner Korrespondenz geschaffen, wurde es nur für seine Veröffentlichung im Juli 1918 in The Three Roses umbenannt und überarbeitet. Wahrscheinlich vor der Veröffentlichung dieses letzten Gedichtes, die sieben Autograph Gedichte, wurden wahrscheinlich während 1917 oder Anfang 1918 geschrieben, während Breton sein Praktikum im Val-de-Grace und macht das entscheidende Treffen von Louis weiter Aragon. Die Gedichte, die den Berg der Frömmigkeit bilden werden, stellen ein seltenes und kostbares Zeugnis seiner jugendlichen Einflüsse dar, als er sich der Dada-Bewegung und seiner Entdeckung des automatischen Schreibens anschloss. Sehr kurz und manchmal sibyllinisch, können wir symbolische Akzente aus Mallarmes entlehnt sehen, die er an poetischen Vormittagen im Antoine-Theater am Vieux-Colombier in Begleitung seines Klassenkameraden Théodore Fraenkel wiederentdeckt. Während des ersten Monats des Krieges widmete sich Breton auch Rimbaud und vertiefte sich in die Illuminationen, die einzige Arbeit, die in der Verwirrung und Eile, die der Kriegserklärung folgten, fortgetragen wurde. Aus seinen Rimbaldschen Lesungen kamen die Gedichte "Dezember", "Age" und "André Derain", während er sich von Apollinaire seine Muse Marie Laurencin lieh, der er "Das süße Jahr" widmet. Darüber hinaus wird das poetische Vermächtnis des Autors vor allem durch die Figur von Paul Valéry geprägt, mit dem er 1914 in Korrespondenz eingeht. Valery spielt bei der Niederschrift der Gedichte von Mont de Piété eine bedeutende Rolle bei der Aufmerksamkeit und der Ratschlag, den er dem jungen Dichter entgegenbringt. Er bewundert die Kühnheit seines Schülers, der jedes seiner Gedichte angesprochen hat, und schätzt das Gedicht "Façon" (1916) mit folgenden Worten: " Thema, Sprache, Ziel, Metrik, alles ist neu, Zukunftsmodus, Weg " ( Brief vom Juni 1916, Vollständige Werke von André Breton , Band I der Bibliothek der Pléiade, Gallimard, 1988, p. Diese wesentlichen Juwelen der Jugend von Breton wurden zwischen seinem siebzehnten und dreiundzwanzigsten Jahr komponiert. In Lorient durch die Kriegserklärung überrascht, wurde er eine Militärkrankenschwester, dann amtierender Offizier in mehreren Krankenhäusern und an der Front während der Offensive der Maas. Er machte Nantes mit Jacques Vaché bekannt, der ihn mit einem Projekt des kollektiven Schreibens inspirierte, sowie der Illustration der zukünftigen Kollektion Mont de Piété , die schließlich von André Derain realisiert wurde. Die Auseinandersetzung mit diesem "empörten Dandy gegen Kunst und Krieg", die seine Bewunderung für Jarry teilt, und der Kontakt der Wahnsinnigen des neuro-psychiatrischen Zentrums von Saint-Dizier markieren einen entscheidenden Schritt in der Entstehung des Surrealismus. Ab 1917 dem Val-de-Grâce zugeteilt, findet Breton in Paris das literarische Aufbrausen, das für seine poetische Suche notwendig ist, und rezitiert Rimbaud in der Gesellschaft Aragons. Durch Apollinaire freundete er sich mit Soupault, dem zukünftigen Co-Autor der Magnetischen Felder , und Reverdy, dem Gründer der Zeitschrift Nord-Sud , an, die Gedichte von Mont de Piété veröffentlichen wird . Die sieben Gedichte der Sammlung werden zwischen 1917 und Anfang des Jahres 1919 in avantgardistischen Literaturzeitschriften ( Die drei Rosen , Sonnenwenden, Nord-Süd ) veröffentlicht. Vier der sieben Gedichte sind den Meistern und Freunden des Autors gewidmet: Léon-Paul Fargue und besonders Apollinaire, dem Breton eine Studie über den Fan gewidmet hatte . Der Autor würdigt auch Marie Laurencin und André Derain, Schöpfer von "noch brandneuen Plastikarbeiten, die mit fast einstimmigem Dekret und Intoleranz konfrontiert sind", die Breton zeit seines Lebens ( 20. Jahrhundert , Nr. 3. Juni 1952). Er vervielfältigt sich mit diesen Widmungen, kreuzt Anspielungen und widmet dem einen ein von dem anderen inspiriertes Gedicht, dem "Apollinaire" gewidmeten "Dezember", das Rimbaud und seinem Gedicht "Dawn" ( The Illuminations, 1895). Ein seltenes Manuskript aus der symbolistischen Jugend von André Breton, dann "im intellektuellen Punkt der Fusion [...] wenn die Rimbaud, Mallarmé, unvereinbar, in einem Dichter stecken bleiben" (Paul Valéry, Brief vom Januar 1916, Complete Works André Breton , Band I der Bibliothek der Pléiade, Gallimard, 1988, 1068).   - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Remarquable poème de jeunesse autographe d'André Breton dédié à Marie Laurencin, intitulé "L'an Suave", 15 vers à l'encre noire sur papier vergé, composé en avril 1914. Notre manuscrit fut rédigé entre mars 1917 et le début de l'année 1918.  Notre poème est présenté sous chemise et étui aux plats de papier à motifs abstraits, dos de la chemise de maroquin vert olive, gardes et contreplats de daim crème, feuille de plexiglas souple protégeant le poème, étui bordé de maroquin vert olive, étiquette de papier olive portant la mention "poème autographe" appliquée en pied du premier plat de l'étui, ensemble signé de Thomas Boichot. Poème essentiel de la période pré-dadaïste de l'auteur, il fait partie d'un ensemble cohérent de sept poèmes manuscrits de Breton (désigné sous le nom de coll.X. dans les Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1071). Ces poèmes, de sa graphie de jeunesse, sont soigneusement calligraphiés à l'encre noire sur papier vergé filigrané. Cet ensemble a été adressé à son cercle d'amis et d'écrivains, où figurent notamment Valéry, Apollinaire, Théodore Fraenkel, et son frère d'armes André Paris. Il fut par la suite publié dans son premier recueil, Mont de piété, qui parut en juin 1919 à la maison d'édition Au sans Pareil, nouvellement fondée par son ami René Hilsum. La datation précise de cet ensemble de poèmes autographes est déterminée par l'écriture du dernier poème de la collection (« André Derain »), composé le 24 mars 1917, qui offre un terminus post quem absolu. En outre, une version plus ancienne du poème « Age », dédié à Léon-Paul Fargue, figure dans notre collection sous son nom originel « Poème ». Daté par l'auteur du 19 février 1916 - le jour de ses vingt ans - et créé 10 jours plus tôt selon sa correspondance, il ne fut rebaptisé et remanié que pour sa publication en juillet 1918 dans Les Trois Roses. Selon toute vraisemblance antérieurs à la parution de ce dernier poème, les sept poèmes autographes furent probablement rédigés courant 1917 ou au début de l'année 1918, alors que Breton poursuit son internat au Val-de-Grâce et fait la rencontre décisive de Louis Aragon. Les poèmes qui constitueront Mont de piété représentent un rare et précieux témoignage de ses influences de jeunesse, à l'aube de son adhésion au mouvement Dada et sa découverte de l'écriture automatique. Assez brefs et parfois sibyllins, on y sent poindre des accents symbolistes empruntés à Mallarmé, qu'il redécouvre lors de matinées poétiques au théâtre Antoine, au Vieux-Colombier, en compagnie de son camarade de lycée Théodore Fraenkel. Durant le premier mois de la guerre, Breton se consacre également à Rimbaud, et se plonge dans Les Illuminations, seul ouvrage emporté dans la confusion et la hâte qui suivit la déclaration de guerre.  De ses lectures rimbaldiennes naquirent les poèmes « Décembre », « Age », et « André Derain », tandis qu'il emprunte à Apollinaire sa muse Marie Laurencin à qui il dédie « L'an suave ». Par ailleurs, l'héritage poétique de l'auteur sera particulièrement marqué par la figure de Paul Valéry, avec qui il entre en correspondance dès 1914. Valéry joue dans l'écriture des poèmes de Mont de Piété un rôle considérable par l'attention et les conseils qu'il prodigue au jeune poète. Admiratif de l'audace de son disciple, qui lui adressa chacun de ses poèmes, il apprécie le poème « Facon » (1916) en ces termes : « Thème, langage, visée, métrique, tout est neuf, mode future, façon » (Lettre de juin 1916, Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1072).  Ces fleurons incontournables de la jeunesse de Breton furent composés entre sa dix-septième et vingt-troisième année.  Surpris à Lorient par la déclaration de guerre, il devient infirmier militaire, puis officie dans plusieurs hôpitaux et sur le front pendant l'offensive de la Meuse. Il fait à Nantes la connaissance de Jacques Vaché, qui lui inspire un projet d'écriture collective, ainsi que l'illustration du futur recueil Mont de Piété, finalement réalisée par André Derain. La fréquentation de ce « dandy révolté contre l'art et la guerre », qui partage son admiration pour Jarry, et le contact des aliénés du centre neuro-psychiatrique de Saint-Dizier marquent une étape décisive dans la genèse du surréalisme. Affecté au Val-de-Grâce à partir de 1917, Breton trouve à Paris l'effervescence littéraire nécessaire à sa quête poétique et récite Rimbaud en compagnie d'Aragon. C'est par l'entremise d'Apollinaire qu'il se lie d'amitié avec Soupault, futur co-auteur des Champs magnétiques, et Reverdy, fondateur de la revue Nord-Sud, qui publiera des poèmes de Mont de piété. Les sept poèmes de la collection seront par la suite publiés dans des revues littéraires d'avant-garde (Les Trois Roses, Solstices, Nord-Sud) entre 1917 et le début de l'année 1919. Quatre des sept poèmes urent dédiés aux maîtres et amis de l'auteur : Léon-Paul Fargue, et surtout Apollinaire, à qui Breton avait consacré une étude dans l'Eventail. L'auteur rend également hommage à Marie Laurencin et André Derain, créateurs "d'oeuvres plastiques encore toutes neuves, en butte à un décri et une intolérance presque unanimes", chères à Breton tout au long de sa vie (XXe siècle, n°3, juin 1952). Il multiplie avec ces dédicaces les allusions croisées, dédiant à l'un un poème inspiré par l'autre, à l'exemple du poème "Age", dédié à Léon-Paul Fargue, qui fait écho à Rimbaud et son poème « Aube » (Les Illuminations, 1895).  Ce poème est dédié à "Madame Marie Laurencin", que Breton ne connaissait alors que par son art et sa relation avec Apollinaire. Valéry lui réserve un accueil chaleureux : "Ce sonnet, [...] est un délicieux artifice : il est un choix charmant de ses mots". L'oeuvre fut publiée pour la première fois après la rédaction de notre manuscrit dans la revue Nord-Sud, n°6-7, en août 1917 et rééditée en 1922 dans un numéro de L'Eventail en hommage à l'artiste. Composé durant le premier mois de la guerre en août 1914, il figure parmi les poèmes les plus anciens du recueil Mont de piété. On devine sans peine l'influence de Mallarmé dans les allusions mythologiques qui inondent la troisième strophe :  « Ai-je omis la Nymphe miraculeuse, Icare aux buissons neigeux, tu sais, parmi Les douces flèches - l'an suave quel ami ! - Et criblé de chansons, par Echo, le silence » A l'instar des autres pièces mallarméennes de l'époque ("Hymne", "Rieuse" "D'or vert"), Breton prend le parti d'une expression précieuse et marquée par des visions récurrentes, teintées de blanc avec la "lune",  les "buissons neigeux", le "souhait de plume" et le "toquet blanc".  Breton consacra par ailleurs le premier de ses trois essais critiques à Marie Laurencin - avant ceux de Jarry et d'Apollinaire, ainsi qu'un étonnant poème à son chien, "Coquito".  Rarissime manuscrit de la jeunesse symboliste du jeune Breton dédié à Marie Laurencin, "Nymphe miraculeuse" d'Apollinaire et muse imaginaire de Breton le temps d'un poème.   

Frais de port

Frais de port pour livraisons en Italia

  • Livraison suivie 16
  • Courrier 25
  • Si cet article est lourd ou hors format, le libraire vous informera des frais supplémentaires.
    Droits de douane: Si votre commande est contrôlée à la douane, la livraison peut être retardée. Vous dédouanerez votre commande sous réserve du paiement des droits de douane, si nécessaire.