Coqs-bruyere-poeme-autographe-jeunesse-seront-eb2952c3-8c0a-4feb-8b20-9c5d0fc55dd4

Description

- circa 1917-1918, 22,3x27,6, une feuille sous chemise et étui. - Un notevole poema di gioventù autografa di André Breton, intitolato "Coqs de Bruyère", [] versetto in inchiostro nero su carta vergata, composto in. Il nostro manoscritto è stato scritto tra il marzo 1917 e l'inizio del 1918. Un poema essenziale del periodo pre-dadaista dell'autore, fa parte di un insieme coerente di sette poesie manoscritte di Breton (chiamate Coll.X. in André Breton's Complete Works , Volume I di La Biblioteca delle Pleiadi, Gallimard, 1988, 1071). Queste poesie, dalla sua scrittura giovanile, sono accuratamente calligrafate con inchiostro nero su carta vergata e filigranata. Questo set è stato inviato alla sua cerchia di amici e scrittori, tra cui Valery, Apollinaire, Theodore Fraenkel e suo fratello André Paris. In seguito fu pubblicato nella sua prima raccolta, Mont de Piété , che apparve nel giugno del 1919 alla casa editrice Au sans Pareil, appena fondata dal suo amico Rene Hilsum. La datazione esatta di questo insieme di poesie autografe è determinata dalla scrittura dell'ultimo poema della raccolta ("André Derain"), composto il 24 marzo 1917, che offre un termine post quem assoluto. Inoltre, una versione precedente del poema "Age", dedicato a Leon-Paul Fargue, appare nella nostra collezione con il suo nome originale "Poème". Datato dall'autore del 19 febbraio 1916 - il giorno dei suoi venti anni - e creato 10 giorni prima secondo la sua corrispondenza, fu rinominato e rielaborato solo per la sua pubblicazione nel luglio 1918 in Le tre rose . Con ogni probabilità prima della pubblicazione di quest'ultimo poema, le sette poesie autografe, furono probabilmente scritte durante il 1917 o l'inizio del 1918, mentre Breton continua il suo internato alla Val-de-Grace e fa l'incontro decisivo di Louis Aragona. Le poesie che costituiranno il Monte della Pietà rappresentano una testimonianza rara e preziosa delle sue influenze giovanili, all'alba della sua adesione al movimento Dada e alla sua scoperta della scrittura automatica. Abbastanza breve e talvolta sibillina, possiamo vedere accenti simbolici presi in prestito da Mallarmé, che riscopre durante le mattinate poetiche al teatro Antoine, al Vieux-Colombier, in compagnia del suo compagno di classe liceale Théodore Fraenkel. Durante il primo mese di guerra, Breton si dedicò anche a Rimbaud e si immerse in The Illuminations, l' unica opera portata via nella confusione e nella fretta che seguivano la dichiarazione di guerra. Dalle sue letture rimbaldiane arrivarono le poesie "December", "Age" e "André Derain", mentre prese in prestito da Apollinaire la sua musa Marie Laurencin a cui dedica "The Sweet Year". Inoltre, l'eredità poetica dell'autore sarà particolarmente segnata dalla figura di Paul Valéry, con il quale entra in corrispondenza nel 1914. Valery gioca nella scrittura dei poemi del Mont de Piété un ruolo considerevole per l'attenzione e il consiglio che elargisce al giovane poeta. Ammirando l'audacia del suo discepolo, che ha affrontato ciascuna delle sue poesie, apprezza il poema "Facon" (1916) in questi termini: " Tema, lingua, obiettivo, metrica, tutto è nuovo, modalità futura, modo " ( Lettera del giugno 1916, Opere complete di André Breton , Volume I di The Library of the Pléiade, Gallimard, 1988, p. Questi gioielli essenziali della gioventù di Breton erano composti tra il diciassettesimo e il ventitreesimo anno. Sorpreso a Lorient dalla dichiarazione di guerra, divenne infermiera militare, quindi officiato in diversi ospedali e sul fronte durante l'offensiva della Mosa. Ha fatto conoscere al Nantes Jacques Vaché, che lo ha ispirato con un progetto di scrittura collettiva, così come l'illustrazione della futura collezione Mont de Piété , finalmente realizzata da André Derain. La frequentazione di questo "dandy rivoltato contro l'arte e la guerra", che condivide la sua ammirazione per Jarry, e il contatto dei lunatici del centro neuro-psichiatrico di Saint-Dizier segnano un passo decisivo nella genesi del surrealismo. Assegnato alla Val-de-Grâce dal 1917, Breton trova a Parigi l'effervescenza letteraria necessaria per la sua ricerca poetica e recita Rimbaud in compagnia di Aragon. Fu attraverso Apollinaire che divenne amico di Soupault, futuro coautore dei Magnetic Fields , e Reverdy, fondatore della rivista Nord-Sud , che pubblicherà poesie del Mont de Piété . Le sette poesie della collezione verranno successivamente pubblicate su riviste letterarie d'avanguardia ( The Three Roses , Solstices, North-South ) tra il 1917 e l'inizio dell'anno 1919. Quattro delle sette poesie sono dedicate ai maestri e agli amici dell'autore: Léon-Paul Fargue, e in particolare Apollinaire, a cui Breton aveva dedicato uno studio nel Fan . L'autrice rende omaggio anche a Marie Laurencin e André Derain, creatori di "opere plastiche ancora nuove di zecca, di fronte a un decreto e intolleranza quasi unanime", caro a Breton per tutta la sua vita ( XX secolo , n. 3, giugno 1952). Si moltiplica con queste dediche incrociate allusioni, dedicando a una una poesia ispirata dall'altra, l'esempio di "Dicembre", dedicato ad Apollinaire, che riecheggia Rimbaud e la sua poesia "Dawn" ( The Illuminations, 1895). Un raro manoscritto risalente alla gioventù simbolista di André Breton, quindi "al punto di fusione intellettuale [...] quando Rimbaud, Mallarmé, inconciliabile, sono bloccati in un poeta" (Paul Valéry, lettera del gennaio 1916, Opere complete André Breton , volume I di The Library of the Pléiade, Gallimard, 1988, 1068).   - [FRENCH VERSION FOLLOWS] Remarquable poème de jeunesse autographe d'André Breton, intitulé "Coqs de Bruyère", 14 vers à l'encre noire sur papier vergé, composé en août 1916. Notre manuscrit fut rédigé entre mars 1917 et le début de l'année 1918.  Notre poème est présenté sous chemise et étui aux plats de papier à motifs abstraits, dos de la chemise de maroquin vert olive, gardes et contreplats de daim crème, feuille de plexiglas souple protégeant le poème, étui bordé de maroquin vert olive, étiquette de papier olive portant la mention "poème autographe" appliquée en pied du premier plat de l'étui, ensemble signé de Thomas Boichot. Poème essentiel de la période pré-dadaïste de l'auteur, il fait partie d'un ensemble cohérent de sept poèmes manuscrits de Breton (désigné sous le nom de coll.X. dans les Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1071). Ces poèmes, de sa graphie de jeunesse, sont soigneusement calligraphiés à l'encre noire sur paprier vergé filigrané. Cet ensemble a été adressé à son cercle d'amis et d'écrivains, où figurent notamment Valéry, Apollinaire, Théodore Fraenkel, et son frère d'armes André Paris. Il fut par la suite publié dans son premier recueil, Mont de piété, qui parut en juin 1919 à la maison d'édition Au sans Pareil, nouvellement fondée par son ami René Hilsum. La datation précise de cet ensemble de poèmes autographes est déterminée par l'écriture du dernier poème de la collection (« André Derain »), composé le 24 mars 1917, qui offre un terminus post quem absolu. En outre, une version plus ancienne du poème « Age », dédié à Léon-Paul Fargue, figure dans notre collection sous son nom originel « Poème ». Daté par l'auteur du 19 février 1916 - le jour de ses vingt ans - et créé 10 jours plus tôt selon sa correspondance, il ne fut rebaptisé et remanié que pour sa publication en juillet 1918 dans Les Trois Roses. Selon toute vraisemblance antérieurs à la parution de ce dernier poème, les sept poèmes autographes furent probablement rédigés courant 1917 ou au début de l'année 1918, alors que Breton poursuit son internat au Val-de-Grâce et fait la rencontre décisive de Louis Aragon. Les poèmes qui constitueront Mont de piété représentent un rare et précieux témoignage de ses influences de jeunesse, à l'aube de son adhésion au mouvement Dada et sa découverte de l'écriture automatique. Assez brefs et parfois sibyllins, on y sent poindre des accents symbolistes empruntés à Mallarmé, qu'il redécouvre lors de matinées poétiques au théâtre Antoine, au Vieux-Colombier, en compagnie de son camarade de lycée Théodore Fraenkel. Durant le premier mois de la guerre, Breton se consacre également à Rimbaud, et se plonge dans Les Illuminations, seul ouvrage emporté dans la confusion et la hâte qui suivit la déclaration de guerre.  De ses lectures rimbaldiennes naquirent les poèmes « Décembre », « Age », et « André Derain », tandis qu'il emprunte à Apollinaire sa muse Marie Laurencin à qui il dédie « L'an suave ». Par ailleurs, l'héritage poétique de l'auteur sera particulièrement marqué par la figure de Paul Valéry, avec qui il entre en correspondance dès 1914. Valéry joue dans l'écriture des poèmes de Mont de Piété un rôle considérable par l'attention et les conseils qu'il prodigue au jeune poète. Admiratif de l'audace de son disciple, qui lui adressa chacun de ses poèmes, il apprécie le poème « Facon » (1916) en ces termes : « Thème, langage, visée, métrique, tout est neuf, mode future, façon » (Lettre de juin 1916, Œuvres complètes d'André Breton, tome I de La Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1988, p. 1072).  Ces fleurons incontournables de la jeunesse de Breton furent composés entre sa dix-septième et vingt-troisième année.  Surpris à Lorient par la déclaration de guerre, il devient infirmier militaire, puis officie dans plusieurs hôpitaux et sur le front pendant l'offensive de la Meuse. Il fait à Nantes la connaissance de Jacques Vaché, qui lui inspire un projet d'écriture collective, ainsi que l'illustration du futur recueil Mont de Piété, finalement réalisée par André Derain. La fréquentation de ce « dandy révolté contre l'art et la guerre », qui partage son admiration pour Jarry, et le contact des aliénés du centre neuro-psychiatrique de Saint-Dizier marquent une étape décisive dans la genèse du surréalisme. Affecté au Val-de-Grâce à partir de 1917, Breton trouve à Paris l'effervescence littéraire nécessaire à sa quête poétique et récite Rimbaud en compagnie d'Aragon. C'est par l'entremise d'Apollinaire qu'il se lie d'amitié avec Soupault, futur co-auteur des Champs magnétiques, et Reverdy, fondateur de la revue Nord-Sud, qui publiera des poèmes de Mont de piété. Les sept poèmes de la collection seront par la suite publiés dans des revues littéraires d'avant-garde (Les Trois Roses, Solstices, Nord-Sud) entre 1917 et le début de l'année 1919. Quatre des sept poèmes furent dédiés aux maîtres et amis de l'auteur : Léon-Paul Fargue, et surtout Apollinaire, à qui Breton avait consacré une étude dans l'Eventail. L'auteur rend également hommage à Marie Laurencin et André Derain, créateurs "d'oeuvres plastiques encore toutes neuves, en butte à un décri et une intolérance presque unanimes", chères à Breton tout au long de sa vie (XXe siècle, n°3, juin 1952). Il multiplie avec ces dédicaces les allusions croisées, dédiant à l'un un poème inspiré par l'autre, à l'exemple de « Décembre », dédié à Apollinaire, qui fait écho à Rimbaud et son poème « Aube » (Les Illuminations, 1895).  Ce poème champêtre fut composé « sur une belle route un dimanche » (note de Breton, 1930) durant le séjour de l'auteur à Chaumont avant son affectation au centre neuropsychiatrique de Saint Dizier. Il est publié pour la première fois dans la revue Nord-Sud, n°3, du 15 mai 1917. A l'instar de "Façon", écrit quelques mois auparavant, "Coqs de Bruyère" fait partie d'une série que Valéry considère comme des "brouillages des règles du jeu" - des exercices de savante destruction de l'ancien appareil poétique. Breton impose ici à l'alexandrin rimé l'apparence du vers libre et lui ajoute une force sonore par des jeux d'allitérations. En voici la deuxième strophe reconstituée : « Au Tyrol, quand les bois se foncent, de tout l'être abdiquant un destin digne, au plus, de chromos savoureux mon remords : sa rudesse, des maux,  je dégage les capucines de sa lettre. » Le poème se double d'une subtile évocation de son aventure amoureuse avec une certaine Alice, rencontrée peu auparavant à Nantes.  Au mois de juin,  il confesse à André Paris : « J'aime quasi une jeune fille délicieuse nommée Alice, inquiétante et fine, qui conduit un très beau chien, est brune, mystérieuse et tendre. Elle ne sait rien de moi ni moi rien d'elle, hors des formes que nous avons prises pour nous plaire et du goût des baisers, du vertige d'être ensemble. Je la trouve magnifique. Espagnole à l'évidence. Je l'aime depuis quelques jours pour, sans doute, encore quelques jours... ». Elle figurera à nouveau dans le chapitre "Saisons" des Champs magnétiques, écrits trois ans plus tard.  Rarissime manuscrit datant la jeunesse d'André Breton,  qui mêle le souvenir de sa mystérieuse bien-aimée Alice à la guerre qui vient de débuter.   

Frais de port

Frais de port pour livraisons en Italia

  • Livraison suivie 16
  • Courrier 25
  • Si cet article est lourd ou hors format, le libraire vous informera des frais supplémentaires.
    Droits de douane: Si votre commande est contrôlée à la douane, la livraison peut être retardée. Vous dédouanerez votre commande sous réserve du paiement des droits de douane, si nécessaire.